Papa s’équipe pour son premier bébé

samuel

15 juillet 2018

La préparation à la naissance n’est pas seulement mentale. Elle est aussi matérielle. Qui dit deuxième trimestre d’une grossesse, dit nécessité de commencer à magasiner le stock de bébé.

Oui, il est encore tôt. Mais à lire et entendre tout le monde, vous êtes déjà en retard. Le temps est venu de partager vos dimanches entre le Salon Maternité et les boutiques pour bébés.

Tout acheter pour un premier enfant

C’est comme ça : la « parentalité » est le seul domaine où il est recommandé de s’équiper comme un professionnel AVANT d’avoir essayé le sport.

On s’entend :

  • S’acheter pour 2000 $ de gréments de pêche avant d’avoir mis une seule ligne à l’eau, c’est définitivement excessif.
  • S’acheter le stock de golf de l’année quand on n’a jamais fini un 18 trous de sa vie, c’est démontré un trop grand besoin de flasher au tournoi corporatif de la Chambre de commerce.
  • Mais se magasiner un porte-bébé quand on n’a encore jamais pris un nouveau-né dans ses bras, c’est la chose RESPONSABLE à faire.

« Qu’est-ce que vous recherchez exactement, Monsieur? Une écharpe porte-bébé? Un Sling? Un Mei Tai? Un porte-bébé préformé? Quels sont vos besoins? »

– Je suis un papa responsable, madame. Je vais vous prendre les quatre.

Les multiples stations et lits de bébé

Pendant les premiers mois de sa vie, un bébé, « ça ne fait pas grand-chose », qu’on m’avait dit. Ça boit, ça chie, ça dort, ça pleure.
A priori, me disais donc que le trousseau de départ allait être assez simple à constituer : des biberons, des couches, un lit, des suces. Et quelques autres essentiels.

Mais voilà pas ma surprise de constater la liste de 14 « stations » différentes qu’il faut acheter pour bébé. Des modules pour le tenir dans toutes les positions et selon toutes les circonstances. Des trucs qui vibrent, qui font de la musique, d’autres qui sautent, d’autres qui bercent. Et des lits…de toutes les grandeurs.

– C’est quoi un moïse, chérie?

– Un petit lit.

– Ce n’était pas le parc, ça?

– Non. Le parc, c’est plus un moyen lit. Transportable.

– Pis la bassinette?

– C’est un grand lit mon amour. Mais pas transportable.

– Okay. Ça coûte cher, leur kit de poupées russes, mais au moins, après ça, on va être en business pour un bon bout de temps.

– En fait, non. À deux ans, il va falloir lui acheter un vrai lit.

– (…) Calice.

Le monde entier nous fait des cadeaux

Je dis que ça coûte cher, mais ce n’est pas vrai du tout.

Parce que s’il y a quelque chose de magique, dans toute cette préparation à la naissance, c’est l’incroyable élan de générosité par lequel nous sommes frappés, en tant que futurs parents.

Vous avez perdu foi en l’humanité? Vous croyez que les gens sont centrés sur eux-mêmes, incapables de donner sans ne rien attendre en retour? Faites des enfants. Ça va vous redonner espoir en notre avenir collectif.

Je ne blague pas : TOUT LE MONDE veut nous donner du stock. Nos meilleurs amis, mais aussi la cousine à qui on parle aux trois ans, nos collègues de travail, le troisième voisin du beau-père.

« Vous allez avoir un bébé? J’ai un vieux tire-lait qui ne me sert plus! »

Combien tu nous le fais?

« Gratisss!!! »

Wow.

Et puis, de semaine en semaine, je vois notre spacieux 4 et demi se transformer en Parc McRonald. Des jouets et des modules qui s’accumulent à la grandeur des planchers.

Je regarde ça et je me dis : « Criss que j’ai hâte que le beau-frère ait son premier pour nous débarrasser de tout ça. »

C’est tellement beau, donner sans ne rien attendre en retour.

Tu as aimé ta lecture? Partage-la à tes amis!